Auteur.e : René Berthier

Athéisme

René Berthier Loran
01 oct. 2016 26 p., 3 €

Affinités non élective

René Berthier
01 sep. 2016 120 p., 14 €
Repères Libertaires

Athéisme

René Berthier Loran 01 oct. 2016 26 p., 3 €

Le mouvement anarchiste est né vers le milieu XXIe siècle de la rencontre de deux facteurs : la tendance immémoriale de l’humanité à lutter contre l’oppression politique, l’exploitation économique et l’aliénation religieuse ; la révolution industrielle et la formation du mouvement ouvrier moderne au sein duquel le socialisme et l’anarchisme se sont développés.

L’anarchisme comme doctrine et comme praxis a certes évolué, mais il conserve un certain nombre de principes essentiels qu’il convient de rappeler avec fermeté.


La collection Repères anarchistes se propose d’explorer les fondamentaux autour desquels sont engagés aujourd’hui les militants de la Fédération anarchiste et, de façon plus large, les militants libertaires dans leur ensemble.

Repères anarchistes a pour ambition de fournir les éléments de réflexion permettant à toute personne soucieuse d’en savoir plus , d’approfondir ses connaissances.


Affinités non élective

René Berthier 01 sep. 2016 120 p., 14 €

L’histoire nous a habitués à ne voir dans les rapports entre anarchistes et marxistes qu’une opposition irréductible entre deux courants du mouvement ouvrier que tout sépare. Cette opposition ne saurait être sous-estimée, et encore moins occultée. Mais à plus d’un siècle de distance il serait temps d’aborder les choses d’un point de vue dépassioné.


L’élaboration théorique de penseurs comme Proudhon, Marx ou Bakounine doit être restituée dans le lent mouvement de travail qui, au 19eme siècle, tente de mettre en place un instrument d’analyse permettant de comprendre les mécanismes de la société capitaliste.


Ces convergences ne sauraient occulter le fait que les régimes politiques se réclamant de l’héritage de Marx ont fait couler beaucoup de sang ouvrirer.


Il faudra bien un jour rendre des comptes et ne pas se contenter de dire: "Kronstadt? Oui, c’était une erreur...